samedi 19 avril 2008

Re : Accompagnons Césaire au Panthéon le 10 mai 2008 !



Cher Claude Ribbe,

Puisque vous avez été le premier à demander que Aimé Césaire soit au Panthéon français, puisque vous m'avez fait part de votre souhait et m'avez invité à signer la pétition en ce sens, c'est à vous que je dois adresser ma contribution au débat sur cette demande.

En toute chose il y a le pour et le contre, Césaire a donné à la langue française une dimension rythmique et lexicale qu'elle ne connaissait pas avant lui ; il est superbement ignoré des programmes scolaires, mais c'est pour l'instant une autre affaire.
Il a fait voter la départementalisation.
En ce sens, il mérite de droit de faire partie des grands hommes de ce pays de France.

Mais, Césaire a aussi dit que pour lui la départementalisation n'était pour lui qu'une étape, Césaire quitte le PCF pour fonder le PPM, Parti Progressiste Martiniquais. "Martiniquais" ici, vous le savez, n'est pas une simple localisation, c'est une revendication, non une affirmation; affirmation de ce qu'il était. Pour ne citer qu'un exemple récent, il suffit de l'écouter dans le film de Michel Reinette "L'avenir est ailleurs", il ne parle que de la Martinique et des martiniquais, pas des Caribéens, ni même des Antilles ; la Martinique et les martiniquais.

Le Guadeloupéen que je suis pourrait en prendre ombrage, mais non ! Césaire, et il nous invite à le faire, s'était posé dans son être, ce qu'il était et demeure fondamentalement, ce qui était son essence, notre essence : "Nègre" nous sommes, cela gène certains, moi je dis "et alors ?, nous avons tant donné au Monde, à commencer par l'Homme.

Ce que je suis est ce qui me fait avancer, c'est ce qui m'ouvre au monde : on ne peut recevoir l'Autre qu'en sachant ce que l'on est.

Oui, Césaire mérite le panthéon, mais lequel ?
Celui de sa nation assurément !
Martiniquais il était et demeure, il doit donc reposer éternellement dans "sa terre", chez son peuple et son peuple fait partie du monde.

Que ceux qui voudront, dès demain ou dans les années à venir, rendre hommage à l'humaniste universel qu'il était se rendent en Martinique.

Dans votre demande au président de la République, vous écrivez que le "Discours sur le colonialisme" est un texte scandaleux.
Comme je vous l'ai écrit, j'ai cru comprendre que c'était, que c'est un texte qui fait scandale tout particulièrement chez "l'homme blanc occidental", et sur ce point je suis avec vous, je vous reconnais, celui qui a écrit "Le crime de Napoléon". Il y a des vérités qui font mal, mais chacun doit affronter ses démons et regarder son histoire en face.

Mais, dans le même paragraphe, vous associez ce "Discours" au terme "bévue". Alors je ne comprends plus. J'ai pris mon dictionnaire français et j'ai lu :"Bévue : méprise grossière due à l'ignorance ou l'inadvertance" !!!
Vous brouillez les cartes.

Alors, s'il faut que Césaire soit plus ou moins dépouillé de ce "texte fondamental" pour entrer au Panthéon français, encore une bonne et excellente raison pour qu'il repose chez lui, dans sa terre ; comme nous disons en Guadeloupe, "là où son nombril est enterré".

Très amicalement.
--------------------
Jean LARGITTE

Aucun commentaire: