dimanche 27 septembre 2009

Cahier d’un retour impossible au pays natal


Le vingtième ouvrage de Khal Torabully, poète mauricien majeur, intitulé Cahier d’un retour impossible au pays natal est paru aux Editions K'A d'André Robèr.

La littérature ou plus particulièrement la poésie a t-elle une valeur performative ? C'est aussi le défi des auteurs de la créolité. Khal Thorabully fondateur mauricien de la coolitude est ce rêveur sacré qui défend le peuple de l'île de Diego Garcia là où la lâcheté des hommes cautionne la raison du plus fort.

Comme à Guantanamo de Cuba dans la mer Caraïbe, les USA maintiennent une base militaire dans l'Océan Indien sur cet atoll situé au sud-est de l'archipel des Chagos, au mépris du droit international. "Un agneau se désaltérait dans le courant d'une onde pure, Un loup survint à jeûn qui cherchait aventure, Et que la faim en ces lieux attirait"...

"Après avoir arpenté Cuba, le Mexique et d’autres espaces, le poète mauricien prend fait et cause pour le peuple de Diégo Garcia qui, arraché à sa terre et parqué dans les faubourgs de Maurice, réclame un retour au pays natal. Dans la traversée du cri de ces sans-voix, il n’est pas sans rappeler Aimé Césaire, son grand complice, pour qui le poème est un suprême acte de résistance. Résultat ? "Un texte, puissant acte d’amour pour le peuple chagossien, ce Petit Poucet, qui en ce moment même, enchaîne procès après procès contre l’Angleterre, qui excisa Diégo Garcia, pour le louer aux Américains, et ce au mépris des lois internationales les plus élémentaires."

Raphaël Confiant considère Torabully comme le plus grand poète de la créolité. Quant à Césaire, il assurait que ses écrits lui ont permis de "retrouver toute son humanité".

Littérature francophone : anthologie de la poésie nègre et malgache


L'Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française de Léopold Sédar Senghor est le premier ouvrage dans les lettres françaises regroupant exclusivement 16 poètes du monde noir.

Avant cette anthologie, l'année 1947 avait vu la parution de 2 anthologies mettant en valeur l'émergence de nouveaux auteurs francophones issus de l'empire colonial. Il s'agit de Poètes d'Expression française 1900-1945 par Léon-Gontran Damas et de Les plus beaux écrits de l'Union Française et du Maghreb par Mohamed El Kholti, Léopold Sédar Senghor, Pierre Do Dinh, Rakoto Ratsimamanga et Ralajmihiatra (pour respectivement le Maghreb, l'Afrique subsaharienne, l'Indochine et Madagascar).

Grâce à l'Anthologie de la poésie nègre et malgache de Senghor, pour la première fois, en 1948, les intellectuels français et du monde entier découvraient avec stupéfaction une nouvelle écriture de poètes nègres et malgaches utilisant la langue française pour véhiculer une vision nègre du monde s'inscrivant dans un "racisme anti-raciste" (Jean-Paul Sartre) ou dans une "Sainte révolte" (René Maran).

Seize poètes noirs originaires de différentes régions de l'empire colonial français figuraient dans cette anthologie-manifeste du mouvement littéraire de la négritude : le Guyanais Léon-Gontran Damas (1912-1978) ; les Martiniquais Gilbert Gratiant (1901-1985), Etienne Léro (1909-1939), et Aimé Césaire (1913-2008) ; les Guadeloupéens Guy Tirolien (1917-1988) et Paul Niger (1917-1962) ; les Haïtiens Léon Laleau (1892-1979), Jacques Roumain (1907-1944), Jean-Fernand Brière (1909-1992), et René Bélance (1915-2004) ; les Sénégalais Birago Diop (1906-1989), Léopold Sédar Senghor (1906-2001) et David Diop (1927-1960) ; et les Malgaches Jean-Joseph Rabéarivelo (1901-1937), Jacques Rabémananjara (1913-2005) et Flavien Ranaivo (1914-1999). Par la suite, ils ont été rejoints par les poètes de la négritude de la génération des années 50 à savoir l'Ivoirien Bernard Dadié, le Congolais Martial Sinda, le Guinéen Keïta Fodéba, le Camerounais Elongué Epanya Yondo, le Dahoméen Paulin Joachim, le Sénégalais Lamine Diakhaté et quelques autres. Chacun de ces poètes apportaient leurs particularités régionales nègres au sein du grand mouvement littéraire de la négritude parisienne qui commence en 1921 avec Batouala, véritable roman nègre de René Maran et s'achève en 1960 avec les indépendances africaine et malgache.
L'anthologie-manifeste de la négritude eut un grand retentissement car sa parution concordait avec la commémoration du centenaire de l'abolition définitive de l'esclavage en France. Pour marquer cet événement national d'un sceau indélébile, Vincent Auriol, le Président de la République de l'époque fait transférer au Panthéon à la fois les cendres de Victor Schœlcher, le père de l'abolition de l'esclavage français, et celles d'un descendant d'esclave africain, le grand résistant guyanais Félix Éboué. Ce dernier fut un ardent défenseur de la France Libre au moment où la liberté française était bafouée par l'Allemagne nazie. En sa qualité de gouverneur de l'Oubangui Chari (Centrafrique), Éboué œuvre pour permettre au général de Gaulle de prendre pied à Brazzaville de manière à en faire la capitale de la France libre.

De plus, le prestige de l'Anthologie-manifeste de la négritude vient aussi du fait qu'elle fut parrainée par l'éminent Professeur d'université Charles-André Julien et par le maître à penser de toute une génération de l'après-guerre, Jean-Paul Sartre.

Soixante ans plus tard, il nous reste de beaux poèmes nègres et malgaches marqués par le temps, un patrimoine littéraire, que nous devons découvrir ou redécouvrir avant de le léguer à nos enfants, car un homme sans mémoire est un homme sans chemin.


Thierry Sinda
Francophonie Actualités,
(27/09/2009)

samedi 26 septembre 2009

traduction en créole

du Cahier d’un retour au pays natal

d’Aimé Césaire par Raphaël Confiant

Nan finisman wouvè-jou a…

Chapé kò’w, man té ka di’y, djel kolbòkò ki ou yé, djel fimel-bef, chapé kò’w, man hay sousèkè lalwa ek jannton lespérans. Chapé kò’w sakré vié kalté tjenbwa, pinez ti zibié. Epi man té ka tounen kò-mwen anlè paradi éti li ek konpè’y té ped bon kalté ped, nofwap pasé fidji an fanm ka bay baboul, ek lè ou gadé, flitijay an katjil ki pa jenmen avanni ka ba mwen balansin, man té ka swen van-an, man té ka démaré sé zonbi-a ek man té ka tann ka monté lot bò chinpontonng-lan, an lavalas toutwel ek tref savann ki man toujou ka chayé nan fonn-tjè mwen a wotè alanvè ventjem chanmot sé kay pi hototo a ek pou sa pwan pokosion kont djokté ka dégrennen sé labadijou-a, la éti an model soley lavilérien ka balvènen lannuit kon lajounen.


Nan finisman wouvè-jou-a, lans flègèdè ka tijé, lé Zantiy bouden vid, lé Zantiy éti lavéret ka potjé, lé Zantiy éti tafia ka déblozé, ankayé ki yo yé adan labou larad-tala, adan lapousiè lavil-tala ankayé malman.


Nan finisman wouvè-jou a, bobo rach-mabab, kouyonnè, solitè a anlè bles sé dlo-a ; sé moun-mapipi a ki pa ka témwayé a ; flè san ki ka fennen ek gayé adan van ensiswatil la kontel rélé-anmwé an bann jako-répet ; an vié ti lavi ka griyen ba’w an ti manniè manti-mantè, lapo-djel li kalé épi an lapérozité ki dékadi ; an vié kalté lanmizè ki la ka déchèpiyé anba soley-la, adan an péla ; an vié péla ki ka krévé èvè klok tied zafè nou la ka viv la abo, nou sé zéwo douvan an chif.


Nan finisman wouvè-jou a, anlè pi frajil ti sitjet tè-tala éti divini krach-édifè’y ka dépasé an manniè malélivan – volkan ké pété, dlo tou-touni ké chayé-alé sé mak matrité soley-la ek ké rété anni an voukoum-dlo tied éti zwézo lanmè ka bekté – plaj sé rev-la ek lévé-doubout foudok la.


Nan finisman wouvè-jou a, lavil plat la dé katjé’y wouvè, éti lespriy trilbiché, époufé anba chaj jéométrik an lakwa ki toujou ka viré koumansé, tet-red anba sò’y, bouch-li koud, kontrayé an tout manniè, enkapab pwofité silon nannan latè-tala, jennen, chikté, amnwennzi, bwarenng di zannimo ek piébwa.


Nan finisman wouvè-jou a, lavil plat tala dé fant katjé’y wouvè…


Ek adan lavil flijé tala, konpanyi moun ka djélé tala ki pasé si-telman bitjoumakwenn di djélé’y kon lavil-tala di balan’y, di sans-li, san pies kalté entjet, lot bò véritab rel-li, sel-la ki ou té ké voudré i djélé a padavwè sé anni li ou ka santi ki ta’y ; padavwè ou ka santi i ka viv andidan’y nan tjek tou-séré lonbway ek lògey ki fon toubannman, adan lavil ladjé tala, krey-moun tala lot bò rel lafen’y, lanmizè’y, gawoulé’y, rayisans-li, krey-moun tala si-telman bavadez ek bouch koud la.


Adan lavil ladjé tala, krey-moun dwol tala ki pa ka sanblé tjokanblok la, ki pa ka migannen a : michel-moren pou dékouvè la éti pou i déliennen, pou i pwan lanmè sèvi gran savann, pou i fè flent. Krey-moun tala ki pa sa fè krey, krey-moun tala, ou ka rann kò’w kont di sa, si obidjoulman li yonn anba soley-tala, memn manniè an fanm ka rélé blipman anba lapli ek ka ba’y lod pa fè tan tonbé ; oben an sin lakwa vitman-présé san pies kalté rézon ou pé wè ; oben manniè ta zannimo sérié akwèdi yo bwè dlo frapé ek manniè blip ta tjek madigwàn lakanpay, ka anni ladjé pisa’y tou doubout, janm-li wouvè di-set lajè, red-é-dri.


Nan finisman wouvè-jou a, lavil-tala ek laliwonday lad li, dépotjolay-li, lafen’y, lapérez-li ki séré nan fondok fandas, lapérez-li ki doubout adan sé piébwa-a, lapérez-li ki fouyé andidan latè-a, lapérez-li ki an driv nan siel-la, lapérez-li ki akoumonslé ek ti fifin lafimen lapérozité’y.


Nan finisman wouvè-jou a, mòn-la épi zègo entjet li ek manniè piòpiò’y – san ankavé’y ka fè soley chodé’y pwan lavol.


Nan finisman wouvè-jou a, flamn difé renté mòn-la, akwèdi an pléré gwo-dlo éti yo toufonnen anlè bòday déblozay plen san’y, las ka chaché an chimen ki ka déchèpiyé ek ki ka dérikonnet kò’y.


Nan finisman wouvè-jou a, mòn djokoti a douvan agouloutri entjet kon tatjet la ki plen épi lakataw ek moulen an, ka vonmi pianm-pianm, avanniz nonm-li, mòn-la ki li yonn la ek san’y ki dévidé atè-a, mòn-la ek longan lonbway li, mòn-la ek fifin-dlo lapè’y, mòn-la ek bidim lanmen van’y’lan.

vendredi 25 septembre 2009

AIME CESAIRE ET MES SOUVENIRS D'ENFANCE :


Les années ont passé. Mes cheveux ont blanchi sous le poids du racisme, de l’humiliation et de l’injustice. Pourtant, les images de mon enfance et mes rêves sont restés intacts et n’ont pris aucune ride grâce au chantre de la négritude et au visionnaire Césaire.

Je me souviens de ma première rencontre avec Aimé Césaire, c’était l’année où, pour la première fois, j’étais parvenu à enlever l’écosse d’une noix de coco sans coutelas sur une plage du Carbet à la Martinique en me servant d’une – roche - comme j’avais vu faire les anciens. J’avais mal aux mains, mais j’étais très fier. Revenu à Fort-de-France, plus précisément aux Terres-Sainvilles, j’y ai trouvé une très grande effervescence. Les anciens parlaient du discours du camarade Césaire. Une estrade de fortune, sans décor, avait été plantée en face du cours complémentaire.

La joie et l’espérance se lisaient sur le visage de mes parents.


Ils parlaient de dignité, de liberté, de négritude et non de l’histoire de France ou d’Europe et du bourrage de crâne systématique que nous enseignait l'école qui voulait nous persuader que nos ancêtres étaient des gaulois. Je me souviens avoir vu Césaire grimper des marches de fortune pour se trouver sur l’estrade de circonstance. Debout, au milieu de cet espace, Césaire m’apparut immense. Après différentes péripéties dues aux problèmes techniques de l’époque (sono et éclairage défaillants) – ce qui amusait tous les enfants que nous étions – Puis, arriva le tour de Césaire de s’adresser au peuple. Ce fut le silence le plus complet. Pas une mouche n’osait voler. Césaire a commencé son discours. Je ne comprenais pas tous les termes qu'il employait. Je ne saisissais pas tout ce qu’il disait, mais j’étais fasciné par la sincérité qui se dégageait de ses paroles et des mots qui claquaient comme un coup de fouet.

Tarzan ne serait plus jamais notre héros


Mes souvenirs me ramènent à la fin de son discours. Je me vois courant derrière sa voiture pieds nus de Terres-Sainvilles, au centre ville. En faisant le trajet en sens inverse, nous étions toute une bande d’enfants qui avaient acquis la certitude que Tarzan ne serait plus jamais notre héros. Le lendemain au réveil, je savais avec plus de certitude que l’arrogance des békés, le mépris de certains d’entre eux, découlait d’un crime dont nous étions les victimes et que nous n’avions aucune raison de nous sentir complexés. Je savais désormais que mes origines provenaient de la souffrance, de l’humiliation, de l’esclavage et du viol que tout un peuple avait du endurer pendant des décennies.

Le stade de l’amitié…

Mon dernier souvenir public du chantre de la négritude se situe en Afrique, au Sénégal, au stade de l’amitié. C’était l’époque où les nègres du monde avaient décidé de faire un retour à la source de leur histoire. Nous étions des dizaines milliers à vouloir remonter à la source de nos souffrances et à vouloir comprendre les raisons objectives de la lente agonie de notre Afrique chérie. Dans le stade, devant plus de cinquante milles hommes, femmes et enfants survoltés, Césaire s’est appliqué à répondre à Malraux, le représentant de De Gaulle, qui avait parlé de la culture noire avec la condescendance coutumière, voire le paternalisme habituel des européens de cette époque. La réponse de Césaire fut cinglante et sans concession d’aucune sorte. Il a démonté un à un les arguments de Malraux. Dans un tonnerre d’applaudissement où les tambours et les chants donnaient à ce lieu un aspect irréel dans ce crépuscule qu’on ne trouve qu’en Afrique. Voilà qu’un nègre donnait la leçon à un intellectuel français. Malraux avait préféré partir pour la France dès la fin de son intervention.

Afrique … Afrique…

Et puis Césaire a parlé de l’Afrique à nous, ses enfants échoués aux quatre coins du monde. Nous nous trouvions là à boire ses paroles,subjugués. Nous les nègres venus des confins du monde, ceux d’Amérique, des Caraïbes, du Brésil, de toute la planète terre, au gré des escales de bateaux négriers. Nous étions là debout prêts à hurler avec lui notre espérance. Césaire était lui aussi debout, tel un chêne, haranguant cette foule immense et criant à la face du monde "qu'il est place pour nous aussi au rendez-vous de la conquête". Quand il eut fini, et que sa voiture le transportant à Dakar, eut démarré – j’ai voulu courir derrière elle comme à Terres-Sainvilles -, mais les années avaient passé et je l’ai regardée s’éloigner. Mon enfance venait de me quitter, mais mes espoirs étaient ravivés.

André Richol

mardi 22 septembre 2009

Les rencontres franco-asiatiques: Synthèse sur « Afrique, je te ...


Les films, « Afrique, je te plumerai » et « Aimé Césaire : Une voix pour l’histoire » (parties I-III) représentent les voix des colonisés dans un monde en train de changer. « Une voix » touche plus la rédécouverte de l’identité culturelle des peuples colonisés avant et au moment de la retraite européene de l’Afrique ; « Afrique » parle plutôt des effets durables de colonisation sur les pays (Cameroun en particulier) qui, libres maintenant de la contrôle européen, luttent à trouver l’equilibre dans le monde post-colonial. Ensemble, toutes les deux offrent une vue dans quelques grandes thèmes de la colonisation et nous laissent examiner la « fin » de l’époque coloniale par les yeux des colonisés.

Suite

lundi 14 septembre 2009

Hortefeux démission

Tu es jeune ou tu es vieux, tu es un homme ou une femme, tu veux assainir le paysage politique français, fais un geste de salubrité pour ton pays, signe la pétition et n'oublie pas de la faire signer par ta famille.


PETITION

samedi 12 septembre 2009

Book overview


Aimè Cèsaire is arguably the best known poet in the French Caribbean. His poetry and drama have established his formidable reputation as the leading francophone poet and elder statesman of the twentieth century. In this study Gregson Davis examines the evolution of Cèsaire's poetic career and his involvement with many of the most seminal political and aesthetic movements of the twentieth century. Davis relates Cèsaire's extraordinary dual career as writer and elected politician to the recurrent themes in his writings. As one of the most profound critics of colonialism, Cèsaire, the acknowledged inventor of the famous term 'negritude', has been a hugely influential figure in shaping the contemporary discourse on the postcolonial predicament. Gregson Davis's account of Cèsaire's intellectual growth is grounded in a careful reading of the poetry, prose and drama that illustrates the full range and depth of his literary achievement.

Lire: Cambridge studies in african and caribbean litterature

Denise Colomb aux Antilles (1948-1958)


du 29 septembre au 27 décembre 2009

Denise Colomb a réalisé deux grands reportages en Martinique, en Guadeloupe et en Haïti, en 1948 et 1958. Le premier voyage a été initié par Aimé Césaire qui lui a confié sa toute première commande en l’invitant à se joindre aux commémorations du centenaire de l’abolition de l’esclavage dans les Antilles françaises (1848-1948). Elle y est retournée dix ans plus tard, avec une commande de la Compagnie générale transatlantique et a alors également pris des clichés en couleur.
Ces deux reportages, qui traitent de la vie quotidienne et des coutumes antillaises, constituent l’ensemble thématique le plus important, en termes de quantité et de qualité (9 100 prises de vue), dans le fonds Denise Colomb, en dehors de son travail sur les peintres. Ces deux dates (1948-1958) marquent symboliquement la grande période d’activité de Denise Colomb pendant laquelle elle exprime le mieux sa vision humaniste.

À partir de 1999, Denise Colomb et Noël Bourcier, commissaire de l’exposition, ont commencé une sélection de photographies, rassemblé les écrits de voyages (notes ethnographiques et réflexions) ainsi que des articles de presse (notamment l’article cosigné Colomb/Césaire dans Regards). Mais ce projet n’a pu voir le jour du vivant de Denise Colomb, disparue le 1er janvier 2004, à l’âge de 101 ans.


5 euros à l'Hôtel de Sully
62, rue Saint-Antoine 75004 Paris
Du mardi au vendredi de 12h à 19h
Samedi et dimanche de 10h à 19h
Fermeture le lundi

jeudi 10 septembre 2009

« Dominer toutes les formes de violence » : Trois questions à Norman Finkelstein


"Le poète caribéen Aimé Césaire a écrit : « Il y a une place pour tous au rendez-vous de la victoire ». Vers la fin de sa vie, ses horizons politiques s’étant élargis, Edward Saïd citait souvent cette maxime. Nous devrions en faire, nous aussi, notre credo. Nous voulons nourrir un mouvement, et non pas inventer de toutes pièces un nouveau culte. La victoire à laquelle nous aspirons est une victoire inclusive, et non pas exclusive ; cette victoire n’est aux dépens de personne. Ce dont il s’agit, c’est d’être victorieux, sans avoir vaincu. Personne n’est perdant, et nous sommes tous gagnants, si, ensemble, nous défendons la vérité et la justice. « Je ne suis pas anti-anglais. Je ne suis pas antibritannique. Je ne suis contre aucun gouvernement. » Ne devrions-nous pas dire, nous aussi, que nous ne sommes pas antijuifs, que nous ne sommes pas anti-Israël, ni, d’ailleurs, antisionistes ? Le prix de la victoire sur lequel nos yeux doivent rester rivés, c’est les droits de l’homme, la dignité humaine, l’égalité humaine. A quoi riment, sérieusement, ces tests au papier de tournesol, du type : « Etes-vous, ou avez-vous jamais été sioniste ? » ?"

Laferrière dans la course pour le Médicis; Mavrikakis séduit Paris!


Voilà une nouvelle qui me fait grand plaisir. Le dernier roman de Dany Laferrière, L’énigme du retour, figure dans la première sélection du Prix Médicis, dans la catégorie «romans français».

Je viens justement de lire ce roman, une coédition de Boréal et Grasset, qui sera en librairie au Québec le 15 septembre. J’estime qu’après 25 ans d’écriture, Dany Laferrière livre son roman le plus émouvant, le plus dense, le plus inspiré, le plus accompli. On pourrait ajouter aussi qu’il s’agit de son livre le plus inventif, dans sa forme même. L’auteur alterne entre la narration traditionnelle, la poésie et le haïku.

La trame? En exil à Montréal depuis 33 ans, un écrivain reçoit un jour «l’appel téléphonique fatal que tout homme d’âge mûr reçoit un jour»: son père vient de mourir. L’homme fera un détour par New York, où vivait son père, puis retournera à Port-Prince, dans son Sud natal. Cet énigmatique retour en son pays d’origine servira de prétexte au romancier pour explorer à fond la notion d’identité, thème récurrent dans l’oeuvre de Laferrière.

Qu’il évoque la beauté des lauriers roses d’Haïti ou qu’il réfléchisse sur le drame de la faim, qu’il soit léger ou grave, Laferrière est porté, du début à la fin, par le souffle d’Aimé Césaire, son «père spirituel» dont il réécrit à sa façon le «Cahier d’un retour au pays natal». Une fois de plus, le charme opère. Et comme l’écrit si bien Laferrière, «il n’y a pas d’explication au charme».

On chuchote par ailleurs que Le Ciel de Bay City, cet extraordinaire roman de Catherine Mavrikakis dont j’ai souvent traité sur ce blogue, pourrait être dans la course aux prix prestigieux. On parle même du Goncourt. Je lui souhaite de tout cœur.

Déjà, la critique française encense le roman de Catherine Mavrikakis. C’est un automne formidable pour la littérature québécoise. Elle s’impose comme jamais en France, là où, l’automne, les romans se ramassent à la pelle.

samedi 5 septembre 2009

There's Space For All At The Party


During my student days at Boston University, i recall being introduced to the writings of Aime Cesaire, the great African essayist, playwright, poet and politician whose stirring prose was often a manifestation of his rage against the colonial enterprise. "It is not true that the work of man is finished", declared Cesaire, "...the work of man is only just beginning...and no race holds the monopoly of beauty, intelligence and strength and there is place for all at the rendezvous of victory.'' I'd like to think that message still resonates with marginalised communities wherever they exist, including those in the spotlight of the Delhi high court's landmark judgement on Section 377 of the Indian Penal Code.

Decriminalising homosexuality marks a critical point of departure in the lives of many across the nation; young and old, gay and straight, rich and poor. And while full emancipation may yet be an unfulfilled desire, it is an important first step in a legitimate struggle along that long arc of justice. To be sure, there will always be a blinkered few who will opt for an over-simplistic "us versus them" dualism but this is where rational argument and nuanced analysis can and should take centre stage in mainstream Indian politics. Moral prescriptions aside, the issue here is less an examination of sexual peccadilloes than about ensuring a vulnerable minority's unfettered access to fundamental human rights enshrined in our Constitution and guaranteed to every Indian citizen.

AIDS continues to be a global health crisis and India is teetering on the brink of that abyss. It is time to accept that reality, erase the stigma and create a safe space for a free and frank discussion of sexual behaviour to enable access to quality health care for all. Legal barriers and criminalisation have for too long effectively blocked the empowerment of groups at high risk of HIV infection by denying or obstructing their right to live healthy and safe lives. It is unconscionable that in a country with one of the world's largest populations of people with AIDS, Section 377 has been used by officials to obstruct the work of legitimate HIV-prevention groups, leaving high-risk communities defenceless against infection. AIDS and the new wave of activism it engendered around the world may have fully awakened many to gay people all around them, but a tardy and still embryonic national awareness will not save the lives of those whose abridged rights make them even more vulnerable during a rampaging plague.

Legislation here can be a powerful tool in shaping a policy response to the AIDS crisis. When based on universally accepted human rights standards, and appropriately implemented and enforced, the law can support positive public health outcomes and enable individuals and communities to realise their rights without fear or favour.

Self-appointed custodians of Indian culture and the extreme right will always harbour archaic prejudices about anyone not like them but they never did merit serious attention in a free-thinking democracy like ours. Let us recognise that there are sections of Hindu, Muslim and Christian groups that have misgivings about homosexuality but also agree that it should not be criminalised. They would be the first to acknowledge that laws governing religious doctrine cannot be equated with the law of the land in a secular democracy. I find it disingenuous on the part of those who use selective text and inference to condemn someone's sexual preference while ignoring some of the proscriptions in their own teachings. Rather than pontificate on virtue and vice, we really ought to leave all value judgements to a higher power.

In the final analysis, policy and perception feed off each other and a paradigm shift in both is needed for real progress to take place. If my campaign experience across the socio-economic divide has taught me anything, it is that young India is not just a barometer of social change but a determining factor in shaping it. Indians of my generation are not afraid to speak the truth to power. That gives me hope. More so about the poor and less privileged sections of the gay community in both urban and rural India who have neither the financial nor political clout to counter the persecution, blackmail and incarceration they are constantly subjected to. For them, decriminalisation and its proper implementation could be life-altering.

So the next time you see your gay friend, relative or neighbour, think about the rights you were born into and the rights of others for which you've fought. Ask yourself if you can step out of your comfort zone to advocate for the rights of all, regardless of gender, caste, sexuality, ability, or religion, to pursue your freedom and happiness. After all, our convictions mean the most when they include those beyond ourselves. And when push comes to shove, we may still find there is place for us all in Cesaire's rendezvous of victory.

The writer is a member of Parliament.