samedi 7 mai 2011

Moments de rien

Chien fer, il a la particularité de ne pas émettre d'aboiements.

Le dieu biface fermait l’an, il ouvrait le mois et l’heure se posait tranquillement  dans ciel. La maisonnée se réveillait d’une sieste réparatrice, le bouquet d’arums rouges et les brins d’asperges trônaient sur la table de la salle à manger. Et moi, assis à même le sol de la véranda, je goûtais : un bout de pain enduit  de margarine accompagné d’un morceau  de pâte grasse et d’un verre de jus,  tandis qu’en face, sur la haie  délimitant le jardin, les colibris butinaient les fleurs d’hibiscus. Je savourais ces moments de rien, des instants  m’ouvrant aux délices de l’enfance, à la plénitude des choses  simples et aux petits bonheurs de la vie….

Au loin j’entends l’aboi d’un chien qui rompt le silence…

Évariste Zéphyrin 

 

Aucun commentaire: