jeudi 15 novembre 2012

La chair abattue



Pour saluer la mémoire de Damaël D’Haïti, un jeune étudiant haïtien froidement assassiné samedi soir par un policier à l'enceinte même de l'Université d'État d'Haiti.-

pour ta liberté
tu as lutté
tu as survécu
tu saignes et tu meurs

pour ta liberté
tes bras comme un arbre charnel
généreux et captif
tu les donnes au chirurgien


pour ta liberté je sens davantage de cœurs
le sang dans ta poitrine
donne de l’écume
à mes veines

ils se défont violemment
de tes pieds
de tes bras
de tout
ceux qui ont roulé ta statue dans la fange

parce que là où les orbites vides verront le jour
elle mettra deux pierres
qui regarderont le futur
et elle fera que de nouveaux bras
et de nouvelles jambes repoussent
dans ta chair abattue


les reliques de ton corps
perdus à chaque blessure
parce que tu es comme l'arbre abattu
qui reverdit
parce que tu es encore en vie

Thélyson Orélien
Anjou, 14 novembre 2012



lundi 12 novembre 2012

Parole


Trop nombreux sont ceux et celles à penser que leur réalité est celle du monde, que leur regard embrasse la totalité du monde.

Evariste Zephyrin

dimanche 11 novembre 2012

L'Antillais


"Il est normal que l'Antillais soit négrophobe, par l'inconscient collectif, l'Antillais a fait siens tous les archétypes de l'Européen. L'Antillais s'est connu comme nègre, mais par un glissement éthique, il s'est aperçu (inconscient collectif) qu'on était nègre dans la mesure ou l'on était mauvais, veule, méchant, instinctif, tout ce qui s'opposait à ces manières d'être nègre était blanc. Il faut voir l'origine de la négrophobie de l'Antillais dans l'inconscient collectif : 
Noir = laid, 
noir = péché,
noir = ténèbres,
noir = immoral, 
c'est à dire, est nègre celui qui est immoral donc si dans ma vie je me comporte en homme moral, je ne suis point nègre.

Souvent en Martinique on a l'habitude de dire d'un mauvais blanc qu'il a une âme de Nègre."