jeudi 3 janvier 2013

le jour nuit


Quand la lumière disparut, les ténèbres envahirent le ciel. Voilà une tragédie qui se déroule présentement, actuellement, depuis ce matin sous mes yeux. Ce jour dégorge d’obscurité,   expulsant sa sombreur de partout d’où je me retourne, comme si la nuit était advenue.

Un nocturne adventif à l’hiver, du moins inaccoutumé, faisant de janvier novembre. 

Face à la tristesse du jour, on se recroqueville, on s’engonce dans la mélancolie, on se réchauffe de pensées heureuses ou lumineuses, et on se met à rêver d’Egypte, d’Afrique.

Cela suffit, j’exhorte le retour de la lumière, je semonds le soleil au banquet du jour !


Evariste Zephyrin