vendredi 18 avril 2014

POUR GABRIEL GARCIA MARQUEZ


Frère

ton escorte la voici

cent grappes de goyaviers en fleurs
tout autant de goyaves : saveurs puissantes en parfums d’alizés
deux trois galions fantômes où des musiques se dansent
et quelques autres enracinés dans des forêts d’errances

grands bouts d’éternité dans le secret des mots
haute tension de l’image
bouleversement de la vision dans un temps circulaire
somptueuses saisies du monde

puissance !

ce que tu avais vu de la littérature nous incline encore

(ici, l’initiation, le commencement et le recommencement
sont faits d’admiration)

ta Caraïbe avale toutes les Amériques
elle en connaît le lien
et ce qui chante ici et qui enchante
dans ces îles et ces rives
ces peuples créés
situations superbes et lieux inoubliables
nomment sur ton passage ce qui les a nommés

puissance
puissance

ne saurait disparaître l’insolitude solaire

Patrick CHAMOISEAU

17 04 2014

mardi 1 avril 2014

Un cri...


Un cri pendu se brise
un rire perdu se casse
à gorge de lampe éteinte. 
Il faudra bien inventer
d’autres voix incandescentes
à recycler nos oreilles
à mieux capter
le feu des chemins neufs
l’opulence du silence.

Frankietienne