vendredi 18 avril 2008

AU REVOIR GRAND NEGRE !



Aimé Césaire grand chantre de la liberté et de la négritude vient de s'en aller. Etcomme le disait Amadou HAMPATHE BÂ: "Lorsqu'un vieux meurt en Afrique,c'est une bibliothèque qui brûle".

Au-delà de cette disparition, c'est le concert d'hypocrisie chère à la république française et à ses dirigeants politiques toutes obédiences confondues qui m'attriste. Les vautours et les hyènes utiliseront le "verbe" cher au grand maitre, pour lui chanter des louanges pourtant leurs idées sont à l'opposée des idées que défendaient Aimé CESAIRE. Idées qui lui ont valu "la mise aux bans" des honneurs qui lui étaient pourtant dus;comme l'a rappelé Ségolène Royal. Si les mots ont encore un sens, alors la république devrait s'abstenir de couvrir de louanges cet homme qu'elle a honni parce qu'il a eu l'audace de lui montrer sa laideur.

En ignorant de son vivant l'humaniste et talentueux homme de lettres qu'était Aimé Césaire, et attendre sa mort pour le couvrir d'honneurs comme il se fait depuis l'annonce de sa disparition est tout simplement dégoutant et malsain. C'est cette goujaterie républicaine qui attriste de nombreuses personnes qui, comme moi, ont été nourries à la plume et à la sagesse du maitre. Sinon le guerrier qu'il était mérite bien son repos.

Loin de ce tintamarre hypocritement républicain, le nègre qu'il est,va écouter et
regarder les charognards se bousculer et dire des flatteries, des
sottises et une fois de plus il rétorquera: "Nègre je suis, nègre je
resterai".

Pour ton départ, je te dis merci et que les ancêtres t'accueillent comme tu le mérites.

" Le malheur de l'Afrique c'est d'avoir croisé la
route de l'Europe ".

« (...) au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce
n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme, ce n’est pas l’humiliation
de l’homme en soi, c’est le crime contre l’homme blanc, c’est l’humiliation de
l’homme blanc, et d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont
ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde et les
nègres d’Afrique »

« Une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes
que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente. Une civilisation
qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une
civilisation atteinte. Une civilisation qui ruse avec ses principes est une
civilisation moribonde »
«
Il faut lutter contre un droit qui instaure la sauvagerie, la guerre,
l’oppression du plus faible par le plus fort. Ce qui est fondamental,
c’est l’humanisme, l’homme, le respect dû à l’homme, le respect de la
dignité humaine, le droit au développement de l’homme. Les formules
peuvent différer, bien entendu, avec le temps, avec les siècles, avec
les compartimentages géographiques, mais enfin, l’essentiel est là ».

Aucun commentaire: